Qu’est-ce-qu’on mange en octobre ?


Les cucurbitacées, légumes du mois d'octobre (quelque part à Seulberg- Allemagne)

Pourquoi manger saisonnier et local est meilleur pour la santé ?

"Tout est toujours disponible !" - ce principe est devenu de plus en plus ancré dans notre société.

Cependant, notre conscience aux produits régionaux et saisonniers en souffre de plus en plus. Les raisons suivantes plaident en faveur d'une augmentation des fruits et légumes de saison dans notre assiette.

Les 6 raisons de privilégier le local et le saisonnier


1- Les fruits & légumes locaux et de saison sont meilleurs pour l’environnement (les privilégier est une décision avant tout écologique. Le transport représente 14 % des rejets de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. En consommant les produits cultivés près de chez soi, on réduit les distances parcourues par les aliments et donc, on limite les impacts négatifs du transport sur l’environnement).


2- Les fruits & légumes de saison sont meilleurs pour la santé car ils contiennent plus de nutriments. Ils ont plus de goût car, cueillis à maturité leur développement est optimal. Qualité et fraîcheur incomparable par rapport à ceux venus de l’autre bout du monde ! Respect des saisons.


3- On soutient l’écologie locale en privilégiant ce qui pousse dans sa région et par la même occasion, on encourage et soutient les producteurs locaux. Directement on préserve le patrimoine local, (la diversité des cultures, les différents métiers de l’agriculture, les différentes productions nouvelles mais également ancestrales et le savoir-faire que les anciens nous transmettent).


4- On fait des économies car les produits locaux et régionaux sont moins coûteux à produire et à acheminer jusque sur les étals. Réductions des coûts de transports et d’énergie. Avantages pour les consommateurs qui se répercutent sur les prix des produits.


5- Teneur réduite en nitrates (lorsque les fruits & légumes sont de saison, leur teneur en nitrates est plus faible que ceux hors saison !)


6- Plus de contacts avec les producteurs locaux. Certains mettent à disposition des petits journaux agrémentés de recettes de saison et articles sur leurs méthodes de productions et les différentes variétés des produits proposés. Ce qui créé une proximité et plus d’échanges humains.

Ainsi, si chacun fait un effort à son niveau il sera possible de changer les choses et de protéger notre planète.


Focus sur 4 légumes et 2 fruits de saison que l‘on peut savourer et cuisiner soi-moi au mois d’octobre.


Le butternut farci

1- Les cucurbitacées sont les rois du mois d’octobre jusqu’en hiver. Ils se déclinent sous différentes formes et couleurs.

Que ce soit en soupe, en gratin, poêlé, à la vapeur, en dessert, en tarte salées ou sucrées, ce légume sait réjouir nos papilles gustatives !

Nommés citrouille, potimarron, butternut, potiron, pâtisson, courge spaghetti, ces légumes font tous partie de la même famille.

Peu calorique (13,6 kcal/100gr. pour le potiron) et riche en minéraux, oligoéléments et vitamines comme le cuivre, le calcium, le fer, le magnésium, le phosphore le manganèse, le potassium, le zinc, vitamine C, B2 et A. Il contient tous les nutriments nécessaires pour stimuler les défenses immunitaires de l’organisme.

Ce qui en fait le légume parfait pour lutter contre les carences. Il est reminéralisant et stimulant pour la santé. De nombreuses raisons pour l’inviter à sa table !


Le choux vert

2- Le chou vert trône sur les étals des marchés avec ses autres frères comme le chou vert frisé, chou Kale, chou blanc rond ou pointu, chou rouge, chou-fleur, brocoli, chou de Bruxelles, chou rave…pour les plus connus.


Le chou est un légume de la famille des crucifères et ils sont très nombreux dans cette famille ! Le chou vert se déguste aussi bien cuit à la vapeur, en soupe, poêlé avec d’autres légumes racines par exemple, en wok, mijoté avec des pièces de viandes. La potée est bien connue en France ainsi que le « Grünkohl « servi avec des saucisses et pommes de terre en Allemagne. Mais aussi frais et cru en jus, excellente boisson détox.


Riche en vitamines B9 mais surtout en vitamine C. Un de ses atout : une seule portion de 250 gr. cuit, suffit pour couvrir les ¾ des besoins quotidiens d’un adulte. Il apporte également des minéraux comme le calcium, le phosphore, le magnésium et le potassium. Légume très sain et peu calorique, seulement (25kcal /100gr.) très apprécié et qui redevient à la mode sur les grandes tables des cuisiniers.


Les betteraves rouges, jaunes & bicolores

3- Les betteraves se déclinent en différentes couleurs et différents goûts. Qu’elles soient rouges, jaunes, bicolores ou rouge-blanche elles se conservent très bien. Leur goût légèrement terreux est reconnaissable.


La betterave est un légume racine que l’on retrouve sur les étals cru ou cuit, d’octobre à mars. Elle est riche en fibres, antioxydants, vitamines et minéraux, c’est une alliée naturelle pour préserver la vue et maintenir une bonne santé cardiovasculaire. Rien ne manque à cet aliment peu calorique (43 kcal / 100gr.).

Elle se consomme cuite, rôtie, à la vapeur, en soupe, cru en salade, en carpaccio ou cru sous forme de jus.


La perle du Nord panaché de rouge

4- L’endive ou chicon, chicorée de Bruxelles ou perle du Nord sont les noms donnés à ce légume bien reconnaissable ! L’endive est le bourgeon de chicorée qui pousse grâce la main de l'homme car on ne la trouve pas naturellement.


Elle se décline en deux couleurs, blanc ou panaché de rouge. Sa pleine saison démarre en octobre pour se poursuivre tout l'hiver jusqu'au début du printemps. Ce légume d’hiver est riche aussi bien en vitamines B9, C et un peu en provitamines A. Elle contient différents minéraux et oligo-éléments comme le potassium, le magnésium, le zinc, mais aussi le sélénium.


L’endive est peu calorique et est très appréciée des personnes suivant un régime (17,4 kcal/100gr.). Elle se déguste aussi bien cru que cuite, en salade avec des cerneaux noix et des cubes de fromages comme le comté et des filets d’agrumes ou en feuilles entières garnies pour l’apéritif. Ce qui en fait une préparation simple à réaliser mais toujours très appréciée des convives.


Cuite en gratin avec une béchamel ou cuite à l’étouffée, à la vapeur ou poêlé. Mais elle se déguste également en met sucré-salé comme la tarte tatin à la cassonade et moutarde. « Les ch’tis et les Belges en sont fiers ! » un délice et une autre façon de se réconcilier avec ce légume car son petit goût d’amertume ne plaît pas à tout le monde.


La noisette, le fruit du noisetier

5- La noisette

La noisette, ce fruit d’arbre d’automne qui se déguste dès le début de la saison automnale, fraîche et ensuite sèche à de nombreux atouts pour la santé.


Cette petite perle brune est considérée comme un aliment qui soutient le système nerveux. Grâce à sa forte teneur en lécithine, qui a un effet positif sur la fonction des nerfs et sur la mémoire. Elle est riche en minéraux tels que le calcium, le phosphore et le fer, ainsi que des fibres. La vitamine que l'on trouve principalement dans les noisettes est la vitamine E.

Comme tous les fruits oléagineux, elle est riche en calories (671 kcal/100 gr.) donc à consommer avec modération.

Ramassée fraîche sur les sentiers dès le mois d’octobre, elle peut être grillée à la poêle ou au four et accompagnée un fromage, ou être dégustée en snack seule ou accompagnée de fruits secs.

Broyée en poudre pour confectionner des gâteaux ou biscuits ou en topping sur des desserts glacés, que ce soit pour des mets salés ou sucrés. Mélangée avec du chocolat et quelques autres ingrédients, elle fera une pâte à tartiner gourmande et réjouira aussi bien les petits que les grands.

Le coing

6- Le coing se déguste d’octobre à décembre.

Ce fruit qui peut être confondu avec une poire est consommé plutôt cuit que cru car les tanins qu’il contient lui donnent trop d'astringence et sa chair dure et granuleuse le rend difficile à consommer avant la cuisson. Connu pour son parfum délicieusement acidulé, il embaume toute la cuisine.


Le coing a tout pour surprendre ces convives. Doté d'une chair très ferme et d'arômes très riches il est reconnu pour ses qualités nutritionnelles et sa faible teneur en sucres. On a tous déjà mangé de la gelée ou de la confiture de coing sur une tartine ou une gaufre ou bien des petits carrés de pâte de coing pour les fêtes.

Mais ce fruit peut également accompagner merveilleusement une volaille comme garniture après avoir été poêle dans un peu de beurre ou autre matière grasse.

La chair du coing s'oxyde rapidement après avoir été épluchée et coupée. Il suffit de la badigeonner de jus de citron ou de la cuire immédiatement pour empêcher qu’elle ne noircisse. À la cuisson, le coing change de couleur et devient rose ou rouge mais conserve sa forme, sa texture et son goût.


Il a des propriétés antiseptiques et préserve la muqueuse intestinale. Il apaise également les brûlures d'estomac et les fibres qu’il contient jouent aussi un autre rôle essentiel : elles participent à la réduction du taux de cholestérol.

Il renferme plus de 84 % d'eau, dans laquelle sont dissous différents minéraux et oligo-éléments comme le potassium, le phosphore, le magnésium, le fer et le cuivre. Il est riche en vitamines du groupe B et de la vitamine C, cette dernière est toutefois détruite en grande partie lors de la cuisson. Tant de bonnes raisons pour consommer le coing si l’on souffre de ces problèmes.


Il y a encore une quantité de légumes & fruits en automne, vous les retrouverez le mois prochain...

L'automne est le printemps de l'hiver.”





En consommant des produits régionaux et de saison vous faites de la prévention et réduisez les risques de maladies de civilisation. Les différents organes de votre organisme se réjouissent et vous remercient !


Cuisinez vous-même et retrouver le vrai goût des aliments.


Ça en vaut vraiment la peine !






Christelle Felix

Conseillère en santé globale & Cuisinière passionnée